Paysage en Suède

Paysage de Handöl en hiver – Proche de la carrière des Pierres à whisky 

La pierre ollaire est une roche qui dispose de propriétés physiques particulières, elle est assez tendre, ce qui permet de la travailler facilement et paradoxalement, très résistante grâce à une densité plus grande que les autres roches ( environ 30% de plus que le granit ).

La pierre ollaire ou stéatite est une roche très dense et bien moins poreuse qu’un granit, un marbre ou encore une ardoise. Elle est impénétrable, ne tâche pas, anti-adhérente grâce au talc ( ne conserve pas l’odeur d’une boisson ou d’un aliment qui a cuit dessus ), et résiste aux températures extrèmes, cela sans risque de dilatation.

Pour l’anecdote, il est à noter que c’est cette pierre ollaire ( ici extraite dans la carrière du Minas Gervais au Brésil ) qui a été choisie pour ses qualités incomparables en 1926 pour recouvrir et protéger des intempéries la statue du Christ Rédempteur du Corcovado. C’est en effet l’ingénieur français Albert CAQUOT qui a eu cette idée et 1.5 millions de petits triangles en pierre ollaire ont été découpés puis collés sur la structure.

Elle est aussi réfractaire et résiste totalement à la chaleur ( héritage de sa naissance il y a 400 millions d’années car provenant du magma en fusion ) et à la capacité de conserver très longtemps la chaleur. Les produits de la gamme Täljsten, le Varm o kall et le Steksten utilisent cette particularité de la pierre ollaire.

Ses propriétés physiques lui confèrent aussi le pouvoir d’accumuler la chaleur du whisky et de rendre votre boisson plus froide petit à petit. Les pierres à whisky, le varm o kall, le Stenkall et le Vinkylare profitent de cette vertu.

Composée à près de 80% de talc, la roche extraite du gisement de Handöl est unique au monde et lui confère un avantage indéniable sur ces congénères, son pouvoir rafraîchissant est bien plus important et il faudra moins de roche dans le verre pour abaisser d’autant de degrés la température de celui-ci.

Un coffret cadeau de 8 pierres Täljsten comblera 3 à 4 amateurs de whisky on the rocks tandis qu’avec des cubes en métal, céramiques, granit, fragments ollaires reconstitués, stéatite dont la composition est inférieure à 60% de talc, il en faudra beaucoup plus.

L’autre particularité de la pierre ollaire de Handöl est de refroidir intensément ( – 5°C environ  ) mais doucement, elle n’apporte pas un grand coup de froid immédiat comme le font les glaçons classiques qui ont tendance à anesthésier les papilles et à tuer les arômes. Le froid, pour certains puristes, fait baisser un peu les saveurs mais il est aussi une source de contentement pour d’autres hédonistes.

Pour certains whiskies, il est vrai que la dilution n’est pas un problème, Il est à noter qu’il n’y a pas de règles pour déguster un bon whisky, bon nombre d’Ecossais rajoute souvent une à deux gouttes d’eau dans leur verre, ce qui peut raviver le nectar et effectivement lui redonner des arômes. Une pierre à whisky ne contient pas d’eau et ne pourra donc pas contribuer à redonner de l’arôme mais permettra néanmoins d’empêcher une dilution par rapport à un glaçon classique.

La palette aromatique très riche de certains whiskies ( qui ne supporterait pas une dilution ) est ainsi 100% préservée.

Le transfert s’effectue toujours d’un corps chaud vers un corps froid, c’est donc le whisky qui transfère du chaud ( énergie ) vers la pierre. Les pierres ollaires se réchauffent et permettent donc d’abaisser la température du whisky de 5 à 6°C environ.

La pierre ollaire en provenance de la carrière d’Handöl est garantie en contact alimentaire ( lire le certificat du 28 octobre 2013 ) d’autant qu’elle est complètement imperméable et ne laisse pas de place aux bactéries.

Laisser un commentaire